Des matériaux plus sûrs

Nous avons deux très bonnes raisons d’éliminer les substances nocives de nos produits. La planète. Et les gens qui vivent dessus.

Nous avons analysé plus de 10 000 éléments. Et ce n’est que le début.

Nous avons lancé notre programme Full Material Disclosure pour identifier toutes les substances présentes dans toutes les pièces que nous utilisons. À ce jour, nous avons examiné plus de 10 000 composants individuels, et nous récoltons quotidiennement des informations sur de nouvelles pièces. Nous évaluons les différents produits chimiques présents dans ces composants en fonction de 18 critères, ce qui nous permet de comprendre leur effet sur la santé et l’environnement.

Les substances les plus nocives et notre approche du problème.

Quand nous identifions une substance nocive présente dans nos produits, trois options s’offrent à nous : soit nous en réduisons la part, soit nous l’éliminons totalement, soit nous mettons au point une nouvelle substance plus sûre. Ces efforts visent aussi à éliminer les substances nocives de nos processus de fabrication et de recyclage, afin de protéger les travailleurs et de préserver le sol, l’air et l’eau des éléments polluants.

Béryllium
Présent dans les alliages de cuivre qui servent à fabriquer les connecteurs et les ressorts. Tous les nouveaux produits sont conçus sans l’utilisation de béryllium.
Mercure
Éliminé en 2009. Pour tous nos écrans, nous utilisons des diodes électroluminescentes (LED) écoénergétiques sans mercure plutôt que des lampes fluorescentes à base de mercure.
Plomb
Depuis 2006, nous avons complètement éliminé le plomb de la soudure et du verre de nos écrans.
Arsenic
Traditionnellement utilisé dans le verre. Le verre de nos écrans est exempt d’arsenic depuis 2008.
PVC et phtalates
Ces deux substances sont toujours utilisées par d’autres sociétés pour les cordons d’alimentation et les câbles d’écouteurs. Nous avons remplacé le PVC et les phtalates par des élastomères thermoplastiques*.
Retardateurs de flamme bromés (RFB)
Éliminés en 2008 de milliers de pièces telles que boîtiers, circuits intégrés et connecteurs. Nous utilisons à la place des hydroxydes métalliques et des composés du phosphore, plus sûrs.

Contrôlé. Deux fois.

Les normes que nous imposons à nos fournisseurs vont bien au-delà de ce qu’exige la législation. Nos toxicologues analysent de façon très rigoureuse la sûreté des matériaux qu’utilisent nos fournisseurs en examinant les données issues de notre propre laboratoire de tests environnementaux. Ce laboratoire effectue des tests tels que la spectroscopie de masse à plasma à couplage inductif, la spectroscopie de fluorescence des rayons X, la spectroscopie sur plasma induit par laser et la chromatographie d’échange d’ions ou en phase gazeuse.

Nous pouvons faire beaucoup. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls.

Nous souhaitons bénéficier de la perspicacité et des idées de ceux qui partagent notre volonté d’éliminer les substances nocives. C’est pourquoi nous avons constitué notre propre Comité consultatif en matière de chimie verte, qui réunit certains des toxicologues, chercheurs et universitaires les plus éminents au monde. Ce comité nous aide à identifier des moyens novateurs de réduire au maximum ou d’éliminer complètement les substances nocives de notre chaîne logistique. Nous invitons également des experts du monde entier à rencontrer les dirigeants d’Apple. Ensemble, nous nous efforçons d’éliminer les substances nocives à chaque phase de nos processus de production. Et nous glanons auprès des principales ONG les meilleures idées et pistes de réflexion qui nous permettront de rendre nos produits et nos processus plus sûrs encore.