La E. W. Scripps Company. À la vitesse de l’information

On dit souvent que les nouvelles vont vite, et les stations de télé qui se disputent la première place dans le très convoité marché de l’information sont les mieux placées pour le savoir. WXYZ TV, le plus important télédiffuseur à Detroit, au Michigan, qui a reçu tout récemment le prestigieux prix Edward R. Murrow récompensant le journalisme régional, a trouvé un raccourci remarquablement efficace pour faire passer les nouvelles du terrain à l’antenne. En effet, WXYZ, l’une des 14 stations appartenant à la société E. W. Scripps aux États-Unis, a accéléré considérablement son processus de montage et de diffusion grâce à Final Cut Pro X, Motion 5 et Mac Pro.

Scripps s’est servie de versions antérieures de Final Cut Pro pour produire ses programmes de nouvelles et de sports. Après avoir réalisé des essais avec Final Cut Pro X et Adobe Premiere Pro, l’entreprise a décidé d’adopter Final Cut Pro X pour de bon, en fondant son choix sur les commentaires extrêmement positifs de ses monteurs à l’égard de la vitesse d’exécution, de la convivialité et de la qualité des résultats du logiciel. Le projet a d’ailleurs connu un tel succès à Detroit que Scripps a choisi de mettre en œuvre le même processus de production dans ses autres stations en territoire américain.

Ray Thurber, vice-président de l’ingénierie chez Scripps, explique ce qui a motivé ce changement. « E. W. Scripps est une entreprise centenaire. Pour nous, les nouvelles locales constituent un service qui est dû à la communauté, et nous prenons cette responsabilité très au sérieux. Nous cherchons constamment de nouveaux moyens de rapprocher la technologie et le journalisme afin de produire efficacement des reportages captivants pour les téléspectateurs. Final Cut Pro X et Motion 5 nous permettent de couvrir l’actualité plus vite que jamais et d’atteindre une qualité de production encore inégalée par les autres téléjournaux. »

Sur le terrain

Partout où Scripps est établie, les photojournalistes tournent, montent et produisent des émissions de nouvelles et de sport directement sur le terrain. À l’aide de Final Cut Pro X et d’ordinateurs MacBook Pro installés dans des camions de production mobile, ils sont en mesure de boucler leurs reportages dans le feu de l’action. Scripps a mis en place un processus de production hautement efficace, qui fait appel à l’importation de fichiers QuickTime MPEG-2 directement à partir des caméras vidéo JVC et à l’utilisation du rendu en arrière-plan pour créer des fichiers ProRes qui servent au montage et à la transmission. Ensemble, Final Cut Pro X, MacBook Pro et ProRes offrent une solution mobile de montage ultrarapide et des résultats de très grande qualité.

Pour Jeremy Johnson, cadreur et monteur chez WXYZ, ces nouvelles options de montage et de conception graphique mobiles font une énorme différence quand les délais de production sont serrés. Comme il se déplace en camion, parfois accompagné d’un journaliste, parfois seul, M. Johnson couvre en général deux nouvelles par jour, lesquelles surviennent la plupart du temps à l’improviste. Vu le caractère imprévisible des accidents et l’horaire fondamentalement capricieux des manifestations et des affaires judiciaires, il dispose souvent de très peu de temps pour filmer, monter, exporter et transmettre les fichiers à la station pour la diffusion à l’antenne. « Je dois monter et terminer chaque reportage sur mon MacBook Pro dans le camion avant de l’envoyer à la station, indique-t-il. Final Cut Pro X est par contre tellement efficace que ce n’est jamais un problème. J’adore la vitesse d’exécution de la Magnetic Timeline et la flexibilité que m’offre l’outil Trim. Et quand l’heure de tombée est dangereusement proche, les fonctionnalités d’étalonnage, de stabilisation de l’image et d’amélioration audio me sauvent carrément la vie. »

Le photojournaliste Jeremy Johnson fait du montage sur le terrain dans un car de reportage. Source photo : Micheal McLaughlin

Le souci du détail

Étant donné qu’il est pratiquement toujours dans une course contre la montre, M. Johnson compte énormément sur ces fonctionnalités pour le tournage et le montage. « Dernièrement, on nous a envoyés faire un reportage sur des incendies suspects dans des maisons, dit-il. Après avoir terminé l’enregistrement des témoignages des voisins, j’ai remarqué une femme qui était si instable qu’elle scrutait et questionnait chaque personne qui passait dans la rue. Je devais livrer à temps pour les nouvelles de midi, mais je voulais vraiment inclure ce détail dans l’histoire. »

M. Johnson s’est servi de son iPhone pour filmer ce qui s’est avéré être un fascinant plan-séquence. De retour dans le camion, il a transféré le fichier sur son MacBook Pro, où il a pu le récupérer immédiatement. À l’aide de l’outil Trim de Final Cut Pro X, il a été en mesure d’intégrer rapidement le plan à la Timeline afin d’enrichir le reportage. « Toutes ces fonctionnalités, de la manipulation ultrasimple des formats à la facilité de manœuvrer la Timeline, m’aident non seulement à produire de meilleurs segments, mais aussi à respecter les heures de tombée. »

Adaptation et finition

M. Thurber est d’avis que les avantages décrits par M. Johnson transformeront le journalisme dans l’ensemble de ses stations. « Grâce à la capacité de traitement multiformat de Final Cut Pro X, nous avons entre les mains un système de montage prêt à tout, dit-il. L’information nous arrive désormais de partout : des caméras des journalistes aussi bien que des téléphones des téléspectateurs. Avoir la possibilité de mélanger différents formats de fichiers vidéo dans la Timeline et de monter un reportage dans la minute constitue un avantage considérable. Ça accélère énormément le processus. »

Final Cut Pro X permet aux monteurs de Scripps de peaufiner leur travail en y ajoutant des images et des effets beaucoup plus rapidement qu’avant. La société fournit à tous ses monteurs des modèles Motion créés par une équipe de concepteurs à Tampa Bay, en Floride, où le travail de conception graphique de Scripps TV est centralisé. Il leur est donc possible d’ajouter en deux temps trois mouvements des animations 3D à n’importe quel reportage, même depuis un studio mobile. « Final Cut Pro X met à la disposition de chaque monteur un ensemble d’outils qui les aident à mieux communiquer l’actualité grâce à des images de haute qualité, à des listes à puces pratiques et à la possibilité de vraiment intégrer tous les éléments de l’histoire », ajoute M. Thurber.

M. Thurber observe que le surcoût lié à l’intégration d’animations complexes a disparu : « Final Cut Pro X a éliminé complètement un processus de rendu qui pouvait prendre jusqu’à 15 minutes sur le terrain. »

En régie

Dans les bureaux du siège social de WXYZ, le monteur Randy Lundquist utilise Final Cut Pro X pour monter les émissions de nouvelles de longue durée. Pour lui, les avantages qu’apporte le logiciel sont encore plus flagrants. « Le rendu en arrière-plan et la lecture en temps réel me font gagner tellement de temps, confie-t-il. Quand j’assemble un clip vidéo de 15 secondes avec cinq filtres et un peu de texte, je n’ai plus besoin d’attendre 10 minutes pour voir le résultat. Je peux le visualiser en temps réel et décider si ça me plaît. Je gagne ainsi environ une heure par jour. Depuis que j’utilise Final Cut Pro X, je me rends compte que j’ajoute davantage d’effets et que je peux être beaucoup plus créatif dans mon travail. »

Lorsqu’il effectue le montage de projets plus longs, M. Lundquist s’appuie énormément sur les outils d’organisation du logiciel. « L’une de mes fonctionnalités favorites est l’importation de dossiers sous forme de collections de mots-clés, parce que ça m’évite d’avoir à ajouter des chutiers individuellement, comme je le faisais avant, souligne-t-il. L’un de nos photographes a pris des photos chaque jour pendant les sept mois qu’a duré le procès de Kwame Kilpatrick, l’ancien maire de Detroit. J’ai associé des mots-clés à ces images au fur et à mesure que je les recevais, ce qui fait que quand j’ai eu à travailler sur des projets spéciaux qui traitaient du même sujet, il m’a suffi de consulter ma bibliothèque pour trouver en moins de deux une panoplie de photos du maire, ici avec un air souriant, là plutôt triste ou suffisant. »

M. Lundquist décrit la façon dont Final Cut Pro X a influencé la manière dont la station produit les nouvelles : « Nous tournons beaucoup plus souvent à deux caméras grâce au montage multicaméra. J’adore ça parce qu’on incorpore beaucoup de questions de journalistes dans nos entrevues. Quand on avait seulement une caméra, il fallait toujours la pointer sur l’invité pour voir sa réponse, puis faire un plan de coupe pour montrer le journaliste hochant la tête. Avec deux caméras et le montage multicaméra, on peut montrer une réaction véritable sans avoir à se soucier de raccorder des plans. Et c’est sans compter que la synchronisation audio intégrée nous facilite énormément la tâche. »

Carrefour d’images

Au centre de conception graphique de Scripps TV à Tampa Bay, une dizaine de concepteurs créent les modèles utilisés dans l’ensemble des stations. Ces modèles, que les monteurs peuvent remplir avec du contenu précis, servent à uniformiser l’image de marque pour l’ensemble des différents télédiffuseurs.

Radu Somesfalean, directeur général de la conception graphique, explique en quoi cela est un atout : « Nous présentons ainsi une image de marque cohérente dans toutes les stations, une voix unique. Nous laissons aux monteurs une latitude créative tout en nous assurant de conserver un style uniforme. »

M. Somesfalean ajoute : « Avec Mac Pro, nous sommes en mesure de tirer parti de Motion 5 pour créer des animations 3D hypersophistiquées et faire en sorte que chacune de nos stations produise de superbes résultats. Il ne s’agit pas seulement de diffuser du contenu, il faut aussi donner une raison de le regarder. C’est là que les modèles Motion dans Final Cut Pro X se démarquent, parce qu’ils permettent aux monteurs de personnaliser les images sans avoir à se tourner vers nous chaque fois qu’ils apportent un changement. »

« Avec Mac Pro, nous sommes en mesure de tirer parti de Motion 5 pour créer des animations 3D hypersophistiquées et faire en sorte que chacune de nos stations produise de superbes résultats. » – Radu Somesfalean, directeur général de la conception graphique

La conceptrice Michele Omran crée les modèles d’animation au centre de conception graphique de Tampa Bay. Source photo : Micheal McLaughlin

Un modèle de réussite

Michele Omran, conceptrice graphique dont la tâche est de créer les modèles d’animation, explique que Motion 5 lui permet de produire des outils qui réduisent au minimum les erreurs de montage. « Nous avions besoin d’une solution qui permettrait aux monteurs de modifier le texte et les images associés aux actualités, comme les sous-titres et les bandeaux thématiques ou promotionnels, sans toutefois changer le design. Nous avons donc incorporé des zones modifiables conçues expressément à cet effet. C’est un environnement de production à haut rendement, mais très facile à utiliser. Il suffit de taper, glisser et déposer. »

Mme Omran est actuellement responsable de la gestion et de la distribution de 966 modèles, soit 69 pour chacune des 14 stations de télévision. Elle a récemment commencé à utiliser Mac Pro avec Motion 5 pour créer ces modèles d’animation intelligents. Et elle a vu son rendement monter en flèche. « Le nouveau Mac Pro est vraiment très, très rapide, dit-elle. Il ne plante jamais, même quand il exécute les modèles 3D les plus complexes. C’est remarquable pour un appareil si petit et si silencieux. La première fois que je l’ai utilisé, j’ai même dû vérifier que je l’avais bel et bien allumé. »

Place aux téléspectateurs

L’entreprise Scripps cherche présentement à uniformiser ses processus télévisuels et numériques. « Plus on ajoute d’émissions, plus on présente de nouvelles. Et les journaux télévisés que nous offrons maintenant ne se limitent pas à l’espace télé, ils s’étendent à nos autres plateformes, notamment le numérique, précise M. Thurber. Nos équipes de diffusion télé et numérique doivent donc pouvoir accéder à toutes les ressources que nous possédons à la station. C’est ce que nous souhaitons accomplir avec le déploiement de Final Cut Pro X à l’échelle de nos installations, relier tous ces éléments. »

De cette manière, ils espèrent couvrir toutes les actualités et les présenter par l’intermédiaire des médias que les téléspectateurs préfèrent. « Notre objectif est d’être présent partout où les gens vont chercher leurs nouvelles, ajoute M. Thurber. Et grâce à Mac et à Final Cut Pro X, nous avons tout ce qu’il faut pour y parvenir. »