Foster the People : un succès retentissant

Pendant de nombreux mois en 2011, le succès radiophonique Pumped Up Kicks de Foster the People a été l’air que tous avaient en tête. Mark Foster, auteur de la chanson, n’a eu aucun problème à la faire passer de l’idée au démo. En utilisant Logic Pro et en jouant de tous les instruments lui-même, Foster a été en mesure de composer et d’enregistrer le titre en une demi-journée seulement. La démo a d’abord connu un succès viral sur le Web, puis la chanson a atteint le sommet des palmarès, pour devenir ensuite une sorte d’hymne lors de leurs concerts presque toujours à guichets fermés.

Après une décennie passée à enchaîner les petits boulots peu prometteurs dans l’espoir de pouvoir un jour gagner sa vie en tant qu’auteur-compositeur-interprète à Los Angeles, Foster voit sa carrière lancée d’un coup, ce qui était bien au-delà de ses espérances. Pumped Up Kicks s’est vendu à plus de quatre millions d’exemplaires. Le premier album du groupe, Torches, s’est hissé parmi les dix premiers rangs du classement Billboard 200, un exploit considérable pour cette jeune formation d’à peine deux ans. Foster the People a acquis depuis le statut de tête d’affiche et présente ses concerts à guichets fermés dans des endroits prestigieux comme le Central Park SummerStage, le Red Rocks Amphitheatre et le Gibson Amphitheatre, et attire des foules records à des festivals comme Lollapalooza, Coachella et South by Southwest. Le groupe s’est également produit à l’émission Saturday Night Live et à la cérémonie des Grammy. Forts de deux nominations, ils ont à cette occasion également joué aux côtés des Beach Boys.

Isom Innis et Mark Foster font du montage à l’aide de Logic Pro.
Source photo : Magda Wosinska

Foster attribue son mérite en grande partie à ses nombreuses années d’expérience avec Logic Pro, qui était devenu son principal instrument de création au moment où Pumped Up Kicks a vu le jour. « Lorsque je suis passé à Logic, ma façon d’écrire et de composer à change du tout au tout, parce que ce logiciel me permettait subitement d’accomplir plusieurs tâches en un seul endroit, explique-t-il. Non seulement jouer du piano, mais aussi de la basse. Puis à la basse, ajouter les percussions. J’ai pu ainsi apprendre de nombreux trucs de producteur qui, bien qu’ils ne se rapportent pas directement à la composition, influencent réellement l’expérience d’écoute dans son ensemble. »

À la poursuite d’un rêve

Ces nouvelles fonctions permettant une composition riche et un contrôle accru ont été une véritable révélation pour Foster, qui a grandi près de Cleveland, en Ohio, et a commencé très jeune à composer de la musique. Inspiré par une cassette des Beach Boys, cadeau de son père pour ses six ans, Foster est devenu multi-instrumentiste, jouant de la batterie, du piano et de la guitare au sein de plusieurs groupes. « Je crois que le fait de composer des chansons pour tant de styles et de musiciens différents m’a servi d’introduction à l’écriture et à la composition », confie-t-il.

Après ses études secondaires, Foster a déménagé à Los Angeles, où ses efforts peu fructueux lui ont peu à peu miné le moral. « J’ai frappé un mur en tant qu’auteur-compositeur à la guitare acoustique, dit-il. Je me suis rendu compte que si je n’avais pas d’argent pour payer un producteur et que je n’avais pas les compétences pour faire le travail moi-même, j’allais continuer à patauger. J’ai donc décidé de me procurer mon propre système et d’apprendre à produire, parce que je ne voulais plus avoir à dépendre de qui que ce soit. »

Ses premiers essais avec des outils pour PC ont toutefois généré beaucoup de frustration. « Après quelques heures de travail, mon PC se transformait en fromage suisse. Je me rappelle que j’étais dans une phase très créative, j’écrivais des tonnes de chansons, tandis que mon ordinateur tombait en panne toutes les dix secondes. Je le redémarrais, ajoutais quelques trucs, puis les enregistrais rapidement. Je faisais ça pendant des heures. C’est tout ce que j’arrivais à faire. »

C’est dans le cadre de petits contrats de production pour différents studios de Los Angeles que Foster a trouvé ce qui lui permettrait de progresser. « En travaillant avec des producteurs comme Greg Kurstin et Switch, j’ai pu voir à quel point Logic était puissant. Il semblait être un outil plus intuitif et plus créatif pour un auteur-compositeur que Pro Tools. J’ai su à ce moment-là que je voulais Logic. »

Logique avancée

Ayant reçu son premier chèque digne de ce nom pour avoir composé la trame sonore du film d’un ami, Foster en a profité pour se procurer un MacBook Pro et Logic. Avec une application, un système d’exploitation et du matériel conçus par Apple, fiabilité et performance étaient maintenant au rendez-vous. « Ils sont faits pour fonctionner ensemble de façon fluide, dit-il. Logic semblait si intuitif, c’est comme s’il avait été créé par un musicien. Il m’a permis d’accélérer énormément mon processus de travail, tout en demeurant créatif. Comme le logiciel n’exigeait pas que j’aie les compétences d’un ingénieur du son, je pouvais l’utiliser à titre d’auteur-compositeur. »

Les multiples outils pratiques offerts avec l’application ont contribué à rendre la transition agréable. « J’ai été séduit par le contrôle que Logic m’offrait, ainsi que par les nombreuses extensions d’instruments et d’effets compris, en particulier l’échantillonneur EXS24 et l’outil de réverbération Space Designer. Et j’utilise les extensions de délai de bande et Compressor tout le temps. En tant qu’apprenti, c’était un réel atout d’avoir tous ces éléments à portée de main plutôt que d’avoir à acheter des centaines d’extensions de différents tiers. »

Grâce à sa connaissance grandissante de Logic, Foster a finalement décroché un emploi à temps plein dans le domaine musical. « Mes aptitudes de composition et de production avec Logic continuaient d’évoluer au fur et à mesure que j’explorais le programme, explique-t-il. Je le connaissais tellement bien qu’on m’a offert un emploi à temps plein pour composer la musique de refrains publicitaires au sein d’une entreprise appelée Mophonics. »

Création du groupe

Pendant qu’il travaillait chez Mophonics, Foster était invité à poursuivre ses propres projets d’auteur-compositeur. Ses efforts dans ce sens, répartis sur une grande variété de genres, ont pris un tournant important en 2009 lorsque Foster (qui gérait alors voix, claviers, piano, synthétiseurs, guitare, programmation et percussions) s’est joint au batteur Mark Pontius et au bassiste Cubbie Fink pour former Foster the People. Après le succès de Pumped Up Kicks, écrit et composé par Foster au studio de Mophonics, le groupe a enchaîné avec un quarante-cinq tours grande plage intitulé Foster the People, puis avec leur premier album, Torches.

Visant la création de 10 excellentes chansons sans compromis pour Torches, le groupe a collaboré avec un trio de producteurs accomplis, soit Greg Kurstin, Rich Costey et Paul Epworth. Foster a apporté en studio des versions entièrement mises au point de chaque chanson pour les faire écouter aux producteurs. « J’avais pratiquement fait moi-même une démo complète de chaque chanson à l’aide de Logic, dit-il. Au moment de les examiner, il était facile d’ajouter des éléments et de les intégrer à ce que j’avais déjà fait dans Logic. »

Nouvelle direction

Lors d’un récent congé pendant la tournée, Foster et le groupe se sont rendus aux studios Paramount Recording à Hollywood pour composer du nouveau matériel destiné au prochain album, dont la sortie est prévue (du moins provisoirement) en 2013. Pour ce nouvel album, Foster se sert des capacités que lui offre Logic Pro afin d’appuyer une toute nouvelle démarche créative. Tandis que leur premier album reposait uniquement sur les efforts de composition de Foster, le groupe entier participe cette fois au processus. En studio comme en concert, on retrouve désormais, aux côtés de Foster, Fink et Pontius, le guitariste Sean Cimino et Isom Innis (clavier, synthétiseur, piano, programmation, percussions et choriste).