Chorégraphie d’une vision à Bollywood.

Une jeune femme est assise seule à la terrasse d’un café. Un bel homme entre en scène. Elle lui jette un regard timide. Quelques secondes plus tard, tout le monde se met à chanter et à danser de façon extravagante. Bienvenue dans une journée typique du célèbre chorégraphe de Bollywood Feroz Khan. Armé de son imagination et de son iPad Air, Feroz Khan prend en main chacun des aspects de ses scènes de danse pharaoniques, qu’il s’agisse de sélectionner les costumes et les accessoires ou de parfaire chaque geste et chaque pas de danse.

« En tant que chorégraphe à Bollywood, je ne me contente pas de diriger des mouvements de danse. Je dois aussi repérer les lieux de tournage, choisir accessoires et costumes et rester en contact permanent avec l’équipe. Pour tout cela, je me repose sur l’iPad Air. »

Feroz Khan, chorégraphe

Pour autant qu’il se souvienne, Feroz Khan a toujours été fasciné par le pouvoir de la danse. Déjà tout jeune, il était subjugué par ce qu’il voyait dans les films de Bollywood, par ce que racontaient les pas, les mouvements et même les gestes les plus délicats de la main. Feroz Khan s’adonna pleinement à sa passion pour la danse et commença sa carrière comme danseur de troupe, avant de se frayer un chemin dans la jungle de Bollywood. Il est aujourd’hui l’un des chorégraphes les plus recherchés d’Inde. Jonglant souvent avec plusieurs projets à la fois, Feroz Khan cherchait un moyen simple de coordonner toutes ses idées et sources d’inspiration, cruciales dans son processus créatif. Il a fini par trouver en un même outil tout ce qu’il lui fallait pour ciseler et partager ses idées. Et cet outil, c’est l’iPad Air.

Photographier des références.

Programmer les répétitions.

Repérer les lieux de tournage.

Étudier la chanson titre.

Garder le contact avec son équipe.

Qu’il s’agisse d’écouter des chansons sur iTunes ou de collaborer avec son équipe à l’aide de flux de photos partagés, grâce à son iPad Air, Feroz Khan fait tout, en moins de temps.

« Une idée peut surgir à tout moment. Ça m’aide d’avoir mon iPad Air toujours à portée de main Je peux saisir tout ce qui m’inspire. »

Feroz Khan

Une source infinie d’inspiration. Juste sous la main.

Dès l’instant où on lui propose un scénario, Feroz Khan commence à réfléchir à tous les moyens d’intégrer des séquences dansées au récit.

Choisir costumes et accessoires.

La danse Bollywood est une affaire de détails. Personne ne sait mieux que Feroz Khan que chaque détail, que ce soit un accessoire ou un costume, peut en dire long. Lorsqu’il sillonne les allées bondées des marchés indiens de plein air, il se sert de son iPad Air pour prendre en photo les vêtements ou les bijoux chatoyants qu’il repère pour une danseuse ou une scène en particulier. Puis il partage immédiatement ses photos avec son costumier et son accessoiriste afin de commencer à donner vie à sa vision.

Fini les nuanciers, scrapbooks et autres échantillons : désormais, Feroz Khan échange ses idées avec son équipe de préproduction à l’aide de flux de photos partagés.

Feroz Khan ne se repose jamais vraiment. Parce que l’inspiration peut frapper à n’importe quel moment — surtout les plus incongrus, Feroz Khan ne se sépare jamais de son iPad Air. Il en a fait un véritable mood board numérique : dès qu’il lui vient une idée, il le sort pour la consigner dans Notes ou pour examiner ses photos et remanier une scène. Il lui arrive de s’arrêter dans un café pour parcourir Pinterest en quête d’idées, ou d’ouvrir iTunes sur le chemin d’un rendez-vous pour réécouter la chanson titre du film et en réinventer la chorégraphie. Avec toutes les facettes que comporte un film, de la garde-robe aux décors, les journées de Feroz Khan se consumaient auparavant en réunions et discussions sans fin avec le réalisateur, le producteur et l’équipe.

En plus d’être pénible, ce fonctionnement rendait difficile le partage d’une vision claire entre les différents intervenants, surtout quand tout évoluait très vite, ce qui était systématiquement le cas. Avec l’iPad Air, Feroz Khan adopte une approche entièrement nouvelle qui lui permet de gagner un temps précieux et de communiquer ses idées et suggestions de façon plus simple et cohérente. Il peut créer un flux de photos partagé et inviter son équipe à consulter toutes les photos et vidéos classées dans un même album. Ses collègues font des commentaires et ajoutent leurs propres contenus. Tout le monde reçoit instantanément les modifications et se met plus vite à la page.

Appareil photo
MacBook
Classeurs
Bloc-notes
Accessoires
Bloc-notes
Télécommande
Viseur
iPad

Avant

Après

Auparavant, pour réaliser une chorégraphie, il fallait se déplacer avec tout un tas d’appareils photo, de cahiers de brouillon et de gros classeurs pour documenter chaque pas. Aujourd’hui, Feroz Khan se contente des 500 g de l’iPad Air.

Perfectionner une chorégraphie. Pas à pas.

Perfectionniste jusqu’à l’obsession, Feroz Khan n’est pas satisfait d’une scène tant que chaque mouvement n’est pas d’une précision absolue. Son iPad Air lui permet d’analyser chaque pas.

Regardez une séquence au ralenti.

Le design fin et léger de l’iPad Air permet à Feroz Khan de circuler facilement entre ses danseurs afin de saisir toutes les subtilités de la danse, bien mieux qu’il ne le pouvait auparavant avec un appareil photo classique, un objectif et un trépied. Il utilise ensuite l’app SloPro sur iPad pour ralentir chaque plan et analyser de plus près les mouvements. Au lieu de regarder les images sur cassette à la maison et

d’en parler avec les danseurs le jour suivant, Feroz Kahn les réunit tout de suite pour leur livrer sur place un feedback approfondi. « Me regarder danser au ralenti sur l’iPad me permet de voir ce que voit Feroz et de mieux comprendre ce qu’il veut, explique Heena Panchal, danseuse vedette. C’est tellement plus simple pour moi de régler mes mouvements de cette façon. »

Après les costumes, les accessoires, le jeu et les pas de danse, tout se résume à la seule chose que verra le public : le plan. Pour mieux transmettre sa vision, Feroz Khan fait des expériences avec différents objectifs grâce à l’app Artemis HD sur iPad. Puis il envoie ses suggestions au directeur de la photographie avant le tournage.

Cadrer la scène, de tous les points de vue.

Des mouvements méticuleusement chorégraphiés. Un foulard d’un rouge éclatant et d’autres accessoires choisis avec minutie. Une fois tous les éléments d’une séquence en place, Feroz Khan utilise l’app Artemis HD pour cadrer ses scènes de danse depuis tous les angles voulus. Avant, Feroz Khan devait attendre le jour du tournage pour faire part de ses suggestions.

Désormais, avec Artemis HD sur iPad, il peut sélectionner la caméra qu’utilisera son directeur de la photographie et faire à l’avance des expériences avec différents objectifs. Tous deux font autant d’allers-retours que nécessaire en phase de préproduction. Et le directeur de la photographie dispose de toutes les informations qu’il lui faut pour cadrer la scène dès que commence le tournage.