La E.W. Scripps Company. Flash info

L’info va à la vitesse grand V, mais ce n’est jamais assez rapide pour les chaînes de télé qui se battent sur un marché ultra-concurrentiel. Pour WXYZ TV, le plus gros diffuseur de Detroit dans le Michigan et récemment lauréat de l’Edward R. Murrow, prestigieux prix de journalisme régional, le temps nécessaire pour la diffusion d’une info à l’antenne n’a jamais été aussi court. La chaîne, qui fait partie d’un réseau de 14 stations d’E.W. Scripps aux États-Unis, a en effet considérablement accéléré ses processus de montage et de réalisation grâce à l’utilisation de Final Cut Pro X, de Motion 5 et du Mac Pro.

Scripps utilisait d’anciennes versions de Final Cut Pro pour monter ses sujets d’actualité et de sport. Après un essai en conditions réelles de Final Cut Pro X et d’Adobe Premiere Pro, la société a décidé de passer à Final Cut Pro X en raison de l’avis très positif des monteurs sur sa vitesse, sa convivialité et sa qualité élevée en sortie. À Detroit, le résultat a été tel que Scripps déploie actuellement les mêmes processus pour toutes ses chaînes à travers le pays.

Ray Thurber, vice-président de l’ingénierie chez Scripps, explique ce qui a motivé cette décision. « E.W. Scripps est une société centenaire. Nous estimons que la programmation d’infos locales est un service rendu à la communauté, et c’est une responsabilité que nous prenons très au sérieux. Nous sommes donc constamment à l’affût de nouvelles façons d’appliquer les technologies au journalisme afin de produire des reportages et des émissions plus pertinents et captivants pour nos spectateurs. Final Cut Pro X et Motion 5 nous permettent de boucler des reportages bien plus rapidement que jamais et avec un niveau de qualité supérieur à celui de nos concurrents. »

Sur le terrain

Les photojournalistes des chaînes de Scripps tournent, montent et réalisent des sujets d’actualité et de sport sur le terrain. L’utilisation de Final Cut Pro X et d’ordinateurs MacBook Pro dans les camions de montage mobiles permet de boucler les sujets dans la foulée, sur le lieu même de l’info. Scripps a déployé un processus natif particulièrement efficace, qui consiste à importer des fichiers QuickTime MPEG-2 directement des caméras vidéo JVC en utilisant le rendu en arrière-plan afin de créer les fichiers ProRes qui seront ensuite montés et livrés. Cette combinaison de Final Cut Pro X, du MacBook Pro et de ProRes permet d’assurer des montages ultra-rapides sur le terrain avec un très haut niveau de qualité.

Pour le cadreur et monteur de terrain Jeremy Johnson de WXYZ, ces nouveaux outils de montage et de création graphique mobiles font une énorme différence lorsqu’il doit boucler un sujet dans des délais très serrés. Circulant dans un camion de diffusion seul ou avec un journaliste, Jeremy Johnson traite généralement deux sujets d’actualité par jour, presque toujours imprévus. Et puisque les accidents, les manifestations ou les tribunaux imposent leurs horaires, Jeremy Johnson dispose souvent de très peu de temps pour filmer, monter, préparer et transmettre ses reportages à la chaîne pour qu’elle les diffuse. « Je dois pouvoir monter et terminer chaque sujet sur mon MacBook Pro dans le camion avant de l’envoyer à la chaîne, explique-t-il. Final Cut Pro X est tellement efficace que ce n’est jamais un souci. J’adore la vitesse de la Magnetic Timeline et la souplesse de l’outil Trim. Et quand je suis sur le terrain et que le temps est compté, les fonctionnalités comme la correction des couleurs, la stabilisation des plans et l’amélioration audio me sauvent la mise. »

Le photojournaliste Jeremy Johnson monte un sujet dans un camion TV. Crédit photo : Michael McLaughlin

Réussir son scoop

Comme Jeremy Johnson est presque toujours pressé par le temps, il compte sur ces fonctionnalités pour les tournages comme pour les montages. « Nous avons récemment été dépêchés pour couvrir des incendies résidentiels suspects, raconte-t-il. Lorsque nous avions fini d’enregistrer des témoignages de riverains, j’ai vu une femme qui était tellement angoissée qu’elle observait et interpellait tous les gens qui passaient dans la rue. J’étais sous pression pour livrer à temps pour le journal de la mi-journée, mais je voulais absolument l’intégrer dans le sujet ».

Jeremy Johnson a saisi son iPhone et s’en est servi pour capturer la séquence, sous forme d’un plan large saisissant. De retour au camion, il a transféré le fichier sur son MacBook Pro, où il était immédiatement disponible pour être monté. À l’aide de l’outil Trim de Final Cut Pro X, il a pu rapidement insérer le plan dans la Timeline pour enrichir le reportage. « Toutes ces fonctionnalités, de la gestion transparente des formats à la manipulation facile du plan de montage, me permettent non seulement de réaliser de meilleurs sujets, mais de les livrer à temps pour les TJ. »

Belle finition

Ray Thurber fait le même constat que Jeremy Johnson à propos des améliorations qui transforment les reportages sur le terrain pour toutes les chaînes de Scripps. « Avec la gestion multiformat en natif de Final Cut Pro X, nous disposons d’un système de montage capable de tout gérer, dit-il. Nous recevons des séquences de partout, aussi bien des caméras vidéo de nos journalistes que des téléphones de nos spectateurs. La possibilité de mélanger différents formats de fichiers dans la Timeline et de monter un sujet dans la foulée est un atout considérable. Ça accélère vraiment le processus. »

Final Cut Pro X accélère également l’utilisation des graphismes et des effets par les monteurs de Scripps qui peaufinent les reportages avant leur diffusion. La société permet à tous ses monteurs d’accéder à des modèles animés basés sur Motion et créés par son équipe de designers située à Tampa Bay en Floride. Rien de plus simple et rapide que d’agrémenter un reportage de graphismes 3D spectaculaires en temps réel, même à partir d’un camion de diffusion. « Avec Final Cut Pro X, chaque monteur sur le terrain dispose d’une boîte à outils qui lui permet de mieux rapporter les infos grâce à des images haute qualité, à des listes à puces pratiques et à la possibilité d’intégrer tous les éléments au reportage », explique Ray Thurber.

Il ajoute que le surcoût lié à l’intégration de graphismes complexes a disparu : « Final Cut Pro X a réduit à néant le processus de rendu qui pouvait durer jusqu’à 15 minutes sur le terrain. »

Briser les chaînes

Pendant ce temps dans les locaux de WXYZ, le monteur en interne Randy Lundquist utilise Final Cut Pro X pour monter des sujets long format. Et il tire parti d’optimisations des processus encore plus importantes. « Le rendu en arrière-plan et la lecture en temps réel me font gagner un temps fou, explique-t-il. Si je charge un plan vidéo de 15 secondes avec cinq filtres et du texte, je ne dois plus attendre 10 minutes que le rendu soit terminé. Je peux voir en temps réel si le résultat me plaît. Ça me fait gagner une heure par jour environ. Avec Final Cut Pro X, je constate que j’utilise davantage d’effets et que je suis beaucoup plus créatif. »

Pour le montage de sujets plus longs, Randy Lundquist exploite tout particulièrement les outils d’organisation de l’application. « L’une de mes fonctionnalités préférées est la possibilité d’importer les dossiers sous forme de collections de mots-clés au lieu de chutiers individuels comme avant, précise-t-il. Un de nos cadreurs a filmé pendant sept mois toutes les audiences du procès de l’ancien maire de Detroit, Kwame Kilpatrick. J’ai pu attribuer des mots-clés à l’arrivée de ces séquences. Ainsi, lorsque j’ai dû y revenir dans le cadre de différents projets, j’ai pu tout simplement ouvrir la bibliothèque et sélectionner dix plans du maire l’air souriant, abattu ou suffisant. »

Pour Randy Lundquist, les fonctions de montage de Final Cut Pro X ont complètement influencé la manière dont la chaîne filme l’actualité. « Nous faisons beaucoup plus de reportages à deux caméras grâce à la fonction de montage multicam. J’adore cette fonction parce que nous intégrons de nombreuses questions de nos journalistes dans nos sujets. Avec une seule caméra, nous ne filmions que la personne interviewée pour montrer ses réponses aux questions, puis nous insérions un plan de coupe pour montrer la journaliste en train de hocher la tête. Mais grâce aux tournages à deux caméras et au multicam, nous pouvons montrer une véritable réaction sans nous soucier de la synchronisation des plans. Et la synchronisation audio intégrée simplifie considérablement le travail. »

Le centre graphique

Au service design TV de Scripps à Tampa Bay, une douzaine de designers créent les modèles graphiques utilisés par les chaînes du réseau Scripps. Les modèles, dans lesquels les monteurs peuvent insérer facilement du contenu, servent à conserver un habillage uniforme à l’échelle des émissions d’actualité.

Radu Somesfalean, directeur général des graphismes, explique : « Cela nous permet de créer une image de marque unique à l’échelle des stations afin que nous parlions d’une seule voix. Nous donnons aux monteurs une liberté de création tout en conservant un style cohérent. »

Radu Somesfalean ajoute : « Avec le Mac Pro, nous pouvons tirer pleinement parti de Motion 5 pour créer un look 3D à plusieurs couches afin que les chaînes de tous nos marchés puissent profiter d’un résultat spectaculaire. Il ne suffit pas de réaliser les reportages dans les temps. Encore faut-il que l’on donne envie de les regarder. C’est dans ce cadre que les modèles Motion dans Final Cut Pro X donnent toute leur mesure, car nous fournissons aux monteurs les outils nécessaires pour personnaliser les graphismes sans qu’ils aient à faire appel à nous pour chaque modification. »

« Avec le Mac Pro, nous pouvons tirer pleinement parti de Motion 5 pour créer un look 3D à plusieurs couches afin que les chaînes de tous nos marchés puissent bénéficier d’un résultat spectaculaire. »— Radu Somesfalean, directeur général des graphismes

La designer Michele Omran crée des modèles graphiques au centre de design de Tampa Bay. Crédit photo : Michael McLaughlin

Un modèle de réussite

Michele Omran, une graphiste du centre de design de Tampa Bay qui crée les modèles pour les chaînes, explique que Motion 5 lui permet de diffuser des outils qui diminuent les risques d’erreurs éditoriales. « Nous devions trouver un moyen de permettre aux monteurs d’actualiser le texte et les images des sujets d’actu, comme les sous-titres ou les bandeaux thématiques ou promotionnels, tout en respectant la charte graphique. Nous leur avons donc fourni des zones de dépôt flexibles qui leur permettent de le faire. C’est un environnement de production sophistiqué, mais très simple à utiliser. Il leur suffit de taper du texte ou de faire un simple glisser-déposer. »

Michele Omran gère et diffuse actuellement 966 modèles, soit 69 pour chacune des 14 stations. Elle a récemment commencé à utiliser le Mac Pro avec Motion 5 pour créer ces modèles d’animation intelligents. Et elle a noté un gain de performances remarquable. « Le nouveau Mac Pro est tout simplement très, très rapide, déclare-t-elle. Il ne faillit jamais, même sur les modèles 3D les plus complexes. Ce qui est incroyable pour un appareil aussi compact et silencieux. Lorsque j’ai commencé à le tester, je me demandais s’il était bien allumé. »

Suivez le spectateur

Scripps travaille actuellement à la consolidation de ses processus TV et numériques. « Plus nous créons d’émissions, plus nous couvrons l’actualité. Et les reportages que nous créons ne passent pas qu’à l’antenne ; ils sont transmis à toutes nos plates-formes, y compris numériques, explique Ray Thurber. Nos services d’information TV et numériques doivent donc avoir accès à toutes les ressources dont nous disposons à la chaîne. En déployant Final Cut Pro X dans toutes nos stations, notre objectif est de tout unifier. »

Les équipes de Scripps estiment qu’elles pourront ainsi couvrir et diffuser les actualités au format qui convient le mieux aux spectateurs. « Notre but est d’être présent là où les gens vont chercher leurs infos, déclare Ray Thurber. Et grâce au Mac et à Final Cut Pro X, nous sommes bien équipés pour y parvenir. »