COMMUNIQUÉ DE PRESSE avril 15, 2021

Apple et ses partenaires lancent le « Restore Fund », un fonds doté de 200 millions de dollars visant à accélérer la mise en œuvre de solutions naturelles pour lutter contre le changement climatique

L'investissement s'appuie sur les innovations de l'entreprise en matière de foresterie et d'emballage responsable pour générer des rendements positifs, à la fois financiers et climatiques.
La région des Chyulu Hills au Kenya.
Apple et Conservation International se sont associés à des organisations locales de protection de l’environnement au Kenya afin de restaurer la savane dégradée de la région des Chyulu Hills. Si elle était étendue à toute l’Afrique, la restauration de la savane permettrait d’éliminer des centaines de millions de tonnes de CO2 de l’atmosphère chaque année. Photo : Charlie Shoemaker de Conservation International.
CUPERTINO, CALIFORNIE Apple a annoncé aujourd’hui le lancement d’une initiative unique en son genre, le « Restore Fund », qui investira dans des projets de restauration forestière afin de favoriser l’élimination du CO2 dans l’atmosphère tout en générant un retour financier pour les investisseurs. Lancé en partenariat avec l’organisation Conservation International et Goldman Sachs, le fonds d’Apple, doté de 200 millions de dollars, a pour objectif d’éliminer au moins un million de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an, soit l’équivalent de la consommation en carburant de plus de 200 000 voitures. En affichant un modèle financier viable, le fonds contribuera à augmenter les investissements dans le domaine de la restauration des forêts. 
« La nature nous offre les meilleurs outils pour éliminer le CO2 de l’atmosphère. Les forêts, les zones humides et les prairies extraient du CO2 de l’atmosphère en le stockant de façon permanente dans les sols, les racines et les branches », explique Lisa Jackson, Vice President of Environment, Policy and Social Initiatives d’Apple. En créant un fonds qui génère un retour financier d’une part, et a des incidences concrètes et mesurables sur les émissions de dioxyde de carbone d’autre part, nous cherchons à initier un changement plus profond, et encourageons l’investissement dans la lutte pour l’élimination du CO2 à travers le monde. Nous espérons que d’autres poursuivront ces mêmes objectifs et contribueront par leurs ressources à soutenir et à protéger les écosystèmes essentiels. » 
Ces efforts s’inscrivent dans le cadre de l’objectif plus large qu’Apple s’est fixé, celui d’atteindre la neutralité carbone sur toute sa chaîne logistique d’ici 2030. Apple éliminera directement 75 % des émissions générées par sa chaîne de production et par ses produits d’ici 2030, et le fonds prendra en charge les 25 % restants via l’élimination du CO2 dans l’atmosphère. Les arbres absorbent le gaz carbonique au cours de leur croissance. Les chercheurs estiment que les forêts tropicales, malgré le niveau de déforestation actuel, retiennent plus de CO2 que l’humanité tout entière n’en a émis pendant les 30 dernières années, du fait de la combustion de charbon, de pétrole et de gaz naturel. Le partenariat veut tirer pleinement parti de cette solution naturelle en faisant en sorte de la rendre attractive pour les entreprises.
Deux travailleurs dans une forêt au Kenya.
Apple s’est associée à Conservation International et à Komaza, une petite entreprise kényane œuvrant pour la reforestation, pour soutenir l’impact positif de leur travail sur la réduction du CO2, la protection de la biodiversité et le développement socioéconomique. Photo : Will Swanson pour Komaza.
Pour mesurer précisément le gaz carbonique contenu dans les forêts et garantir son élimination permanente de l’atmosphère, le « Restore Fund » s’appuiera sur certaines normes internationales robustes, élaborées par des organisations reconnues, comme Verra, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il donnera également la priorité aux investissements destinés aux forêts durables qui favorisent la biodiversité grâce à des zones tampons et des jachères naturelles.
Conservation International est un co-investisseur du fonds et veille à ce que les projets respectent les normes environnementales et sociales. Goldman Sachs est le gestionnaire du fonds. Les trois parties prenantes détermineront de nouveaux projets dans le courant de l’année.
« L’innovation est au cœur de l’approche d’Apple concernant les solutions climatiques. Goldman Sachs est fier d’être son partenaire et celui de Conservation International », a déclaré Dina Powell, Global Head of Sustainability and Inclusive Growth à Goldman Sachs. « Tout le monde est d’accord sur le fait que la transition climatique nécessite des capitaux privés pour soutenir les initiatives, nouvelles comme existantes, visant à éliminer durablement le CO2 de l’atmosphère, selon des standards élevés et rigoureux. Nous avons la conviction que le lancement de ce fonds permettra de regrouper des capitaux conséquents supplémentaires pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Les efforts d’Apple dans le secteur forestier

Restore Fund s’appuie sur l’expérience d’Apple en matière de conservation des forêts. Depuis trois ans, Apple utilise des emballages en fibres provenant d’une source responsable et a permis une meilleure gestion de plus de 400 000 hectares de zones forestières dans le monde. Avec Conservation International, Apple a également initié des projets novateurs dans le domaine du CO2 contribuant à protéger et à restaurer les prairies, les zones humides et les forêts.
« Investir dans des solutions naturelles permet d’éliminer le CO2 de l’atmosphère bien plus efficacement et rapidement qu’avec les technologies actuelles. Alors que le monde est confronté à la menace globale du changement climatique, nous avons besoin d’adopter des approches inédites, capables de réduire radicalement les émissions », a déclaré le Dr M. Sanjayan, CEO de Conservation International. « Nous sommes heureux de travailler avec Apple, partenaire de longue date, et sommes convaincus que l’approche novatrice du « Restore Fund » apportera d’énormes améliorations. Le fonds bénéficiera aux peuples du monde entier en créant de nouveaux emplois et de nouvelles sources de revenus permettant d’améliorer tous les aspects de la vie, de l’éducation aux soins de santé. »
Deux personnes dirigeant leurs bateaux dans une mangrove en Colombie.
En 2018, Apple s’est associé à Conservation International, ainsi qu’à des organisations gouvernementales et à des associations de protection locales en Colombie pour protéger et restaurer près de 11 000 hectares de mangrove.
En 2018, Apple s’est associé à Conservation International, ainsi qu’à des organisations gouvernementales et à des associations de protection locales en Colombie pour protéger et restaurer près de 11 000 hectares de mangrove. L’objectif consiste à piéger un million de tonnes de CO2 pendant la durée de vie du projet. Ces mangroves ne protègent pas seulement les zones côtières, mais font partie intégrante du mode de vie des populations vivant à proximité. De plus, elles peuvent stocker jusqu’à 10 fois plus de CO2 que les forêts terrestres. Ce projet est le premier à utiliser la méthode d’évaluation du « carbone bleu » pour estimer précisément l’impact climatique des mangroves – en prenant en compte leur partie immergée comme leur partie émergée.
Apple et Conservation International ont aussi établi des partenariats avec des organisations locales de protection de l’environnement au Kenya pour restaurer des zones de savane dégradées dans la région des Chyulu Hills, une région située entre trois parcs nationaux kényans et à la limite de la frontière avec le parc national du Kilimanjaro en Tanzanie. Renforcer ces efforts de restauration des prairies et des savanes naturelles dégradées de toute l’Afrique peut non seulement bénéficier aux populations, à la faune et à la flore locales, mais permettrait aussi d’éliminer des centaines de millions de tonnes de CO2 de l’atmosphère chaque année. 
Les clients d’Apple peuvent également soutenir ces efforts. Pour tout achat effectué par le biais d’Apple Pay entre aujourd’hui et le Jour de la Terre, Apple fera un don à Conversation International pour soutenir ses efforts en faveur de la préservation et de la protection de l’environnement.

Forêts durables et emballages responsables

Depuis 2017, la totalité de la fibre de bois vierge utilisée pour les emballages Apple est issue de filières responsables, soit le type de forêts gérées de manière durable et responsable dans lesquelles souhaite investir le « Restore Fund ». Il s’agit du premier matériau en « boucle fermée » d’Apple. Il participe à son objectif de fabriquer à terme des produits uniquement composés de matériaux recyclés ou renouvelables. 
Atteindre cet objectif demande un travail d’innovation constant pour, à terme, passer à des emballages 100 % durables. Après le lancement du premier iPhone doté d’un emballage majoritairement composé de fibres en 2016, la nouvelle gamme d’iPhone 12 d’Apple bénéficie d’un emballage composé à 93 % de matériaux à base de fibres. Pour la première fois, le film plastique standard qui protège l’écran est remplacé par une protection à base de fibres.
L’emballage extérieur de l’iPhone 12.
Depuis 2017, la totalité de la fibre de bois vierge utilisée pour les emballages Apple est issue de filières responsables.
Apple a également pris des mesures directes pour soutenir la production responsable de la fibre de bois. Grâce à ses partenariats avec le Conservation Fund et le World Wildlife Fund, Apple a permis d’améliorer depuis 2015 la gestion de plus de 400 000 hectares de forêts durables aux États-Unis et en Chine. 
Partager l’article

Images de Restore Fund

Contacts presse

Benoît Liva

Apple

bliva@apple.com

01 80 98 75 29

Infos presse Apple

media.fr@apple.com