Phillip Stollenmayer de « Song of Bloom », Samantha John de Hopscotch ainsi que Adam Oxner et Fares Ksebati de MySwimPro.
Avec le nouveau programme App Store Small Business Program, les entrepreneurs éligibles réalisant jusqu’à 1 million de dollars de recettes se verront prélever un taux de commission de 15 % soit la moitié du taux standard habituellement prélevé par l’App Store.
Chaque semaine, 500 millions d’utilisateurs et utilisatrices se rendent sur l’App Store et interagissent avec 1,8 million d’applications. Ils s’intéressent aussi bien à des jeux indépendants comme « Song of Bloom » qu’à des applications d’entraînement sportif virtuel comme MySwimPro ou encore des applications de programmation destinées aux enfants comme Hopscotch. Bon nombre de ces applications sont créées par des développeurs indépendants suivant une seule et même idée. Bien souvent d’ailleurs, ces développeurs ont un emploi à temps plein qui leur permet de financer leurs idées jusqu’au moment où ils parviennent enfin à les lancer dans le monde réel.
Les petites entreprises ont été le cœur battant de l’App Store depuis son lancement. Maintenant et plus que jamais, ces entreprises sont essentielles aux communautés auxquelles elles s’adressent en les aidant à rester en bonne santé, à garder le contact et à continuer d’apprendre. Aujourd’hui, Apple a présenté le programme App Store Small Business Program, une toute nouvelle organisation des commissions pour aider les développeurs et développeuses indépendantes et stimuler l’innovation, ce qui devrait permettre d’écrire le prochain chapitre des apps.
Philipp Stollenmayer, développeur de jeux indépendant.
Philipp Stollenmayer, un développeur de jeux indépendant qui possède 20 titres dans l’App Store, se réjouit du lancement de ce nouveau programme App Store Small Business Program qui saura, selon lui, aider une nouvelle génération de créateurs à proposer leurs propres jeux innovants.
« C’est une formidable opportunité pour le monde des jeux indépendants, une chance unique de gagner en mobilité », explique Philipp Stollenmayer, développeur à son compte dans l’App Store. Philipp, dont le dernier jeu « Song of Bloom » a remporté un Apple Design Award en juin 2020, a été attiré par les possibilités de l’iPhone et la volonté d’en faire une nouvelle plateforme de jeu et ce, dès le départ, alors que ce n’était pas clairement défini. Au moment de la sortie de son premier jeu « What the Frog » dans l’App Store en 2013, année au cours de laquelle il a également remporté un German Multimedia Prize (mb21), il savait qu’il était sur la bonne voie.
« J’y ai vu un univers de possibilités et j’ai adoré la facilité avec laquelle il était possible d’y proposer ses créations, explique Philipp. J’ai eu la chance de pouvoir participer à l’avènement des jeux mobiles et à tout ce qui les différencie des consoles. Avec les jeux mobiles, vous utilisez votre téléphone de manière bien plus personnelle. C’est ce qui ressort dans mes jeux et dans l’expérience que je propose. Cela me semble bien plus utile que de tenter de créer des mondes qui pourraient ne pas fonctionner aussi bien sur petit écran. »
« Song of Bloom » sur iPhone 12.
Le jeu de réflexion « Song of Bloom » du développeur indépendant Philipp Stollenmayer a remporté l’Apple Design Award en 2020.
Avec la nouvelle structure de commission de l’App Store, les développeurs indépendants réalisant jusqu’à 1 million de dollars de recettes sur l’année bénéficient d’un taux réduit de commission de 15 %, soit la moitié de la commission standard habituellement prélevée par l’App Store. Ces économies permettront aux entrepreneurs et aux développeurs de pouvoir investir davantage dans leurs entreprises, de recruter et de développer de nouvelles fonctionnalités innovantes pour les utilisateurs, dans le monde entier. Philipp Stollenmayer se réjouit de cette nouvelle vague de jeux qui pourrait déferler sur l’App Store et de l’apparition de nouveaux noms dans le domaine de la conception. « Ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les jeux créés par des novices en la matière. Ils me fascinent littéralement, ajoute-il. Il est sidérant de voir avec quelle facilité il est possible de publier un titre sur l’iPhone. Cela n’a rien à voir avec les consoles. Les obstacles sont sans commune mesure. C’est une opportunité sans précédent pour les studios indépendants qui ne veulent prendre aucun risque. »
Fares Ksebati et Adam Oxner, cofondateurs de MySwimPro.
Fares Ksebati (sur la gauche) et Adam Oxner, cofondateurs de MySwimPro, une application de coaching individuel en natation, et son pendant sur Apple Watch, se réjouissent du nouveau programme App Store Small Business Program. Ils vont pouvoir réinvestir une partie des revenus gagnés pour améliorer toujours plus leur application et répondre aux besoins de la communauté des nageurs et nageuses.
Au-delà de l’univers des jeux, l’équipe à l’origine de MySwimPro est également ravie des possibilités qui s’offrent à elle de développer l’entreprise et d’étendre son offre à moindre risque. En effet, grâce au nouveau programme de l’App Store, elle dispose désormais d’une source de revenus supplémentaire. Ses cofondateurs, Fares Ksebati et Adam Oxner, sont tous les deux nés dans le Michigan où ils ont grandi et ont participé à des compétitions de 100 mètres brasse jusqu’à l’université (bien qu’ils n’aient jamais eu à concourir l’un contre l’autre). Ils sont animés par la même volonté, celle de créer une plateforme qui transpose les éléments du coaching dans le domaine de la natation, que ce soit pour rester en forme ou pour améliorer ses performances.
« Adam et moi-même, ainsi que tous les membres de notre équipe, pratiquons la natation à des niveaux différents, explique Fares, également PDG de MySwimPro. Nous essayons de créer une communauté autour de cette application, car la natation est une activité que l’on peut pratiquer à tous les âges, partout dans le monde. Nous sommes ainsi nous-mêmes des utilisateurs de notre produit, de bien des façons. »
Lorsque l’épidémie de COVID-19 a frappé et que les piscines ont commencé à fermer leurs portes partout dans le monde, Fares et Adam ont décidé de développer davantage leur application d’entraînement virtuel à la natation pour y intégrer les entraînements à sec et ainsi répondre aux besoins de leurs 50 000 utilisateurs actifs, tous niveaux confondus.
« Nous avons toujours eu des demandes concernant les entraînements à sec. Aussi, lorsque l’épidémie de COVID-19 s’est déclarée, cela nous a semblé un choix évident, explique Adam, en sa qualité de directeur de la technologie chez MySwimPro. C’est ainsi que nous avons créé une plateforme identique pour tous les entraînements à sec. »
L’application MySwimPro sur iPhone 12 et Apple Watch Series 6.
Lancée en 2015, MySwimPro a conquis 50 000 nageurs tous niveaux confondus.
« Nous avons choisi d’ajouter les entraînements à sec à notre expérience pour offrir toujours plus de valeur ajoutée à nos membres, précise Fares. Notre objectif reste de proposer une expérience d’entraînement des plus complètes à notre communauté, qu’elle puisse ou non se rendre dans une piscine. »
Après cinq années passées à développer une application qui n’était au tout début qu’un projet annexe, Fares et Adam ont transformé MySwimPro en une entreprise florissante qui emploie 12 personnes dans le monde, et ils se réjouissent d’écrire un nouveau chapitre dans le développement de leur société. « Le nouveau programme de l’App Store nous permettra d’accroître les revenus tirés des achats effectués sur la plateforme, et nous espérons ainsi pouvoir les réinjecter pour améliorer toujours plus nos applications, précise Adam. Nous visons avant tout à poursuivre l’intégration des entraînements à sec et à les améliorer pour aider tous les nageurs et nageuses qui ne peuvent actuellement pas se rendre à la piscine. »
Samantha John, cofondatrice de Hopscotch.
Samantha John, cofondatrice de Hopscotch, espère pouvoir publier de nouvelles fonctionnalités gratuites pour les enfants grâce aux revenus supplémentaires qu’elle génère après la mise en place du nouvel App Store Small Business Program.
Samantha John, cofondatrice de Hopscotch, le premier langage de programmation pour iPad, voit dans le nouveau programme de l’App Store une occasion de permettre aux enfants d’exploiter toujours plus les avantages de Hopscotch, gratuitement. « Cela nous permet en réalité de prendre quelques risques, des risques que nous voulions prendre mais qui nous effrayaient, explique Samantha. Tout particulièrement en ce qui concerne les abonnements… Je pense qu’il s’agit d’une bonne stratégie du point de vue financier, mais une stratégie qui limite l’application en termes d’audience. Nous voulions nous affranchir du modèle payant et permettre aux utilisateurs d’en faire plus gratuitement, dans l’espoir qu’au final, nous augmenterions le nombre d’abonnements fidélisés. »
Hopscotch est l’œuvre de Samantha et de Jocelyn Leavitt, sa cofondatrice. Il ne s’agissait au départ que d’un moyen d’amener les enfants à programmer, des enfants qui sans ce biais, n’en auraient pas eu l’opportunité. Cette idée a germé en elles après leur participation en 2019 à l’Apple Entrepreneur Camp, plus exactement à la classe inaugurale dédiée à l’entrepreneuriat féminin.
« L’un des principes essentiels de Hopscotch, c’est que nous voulons vraiment respecter les enfants dans leurs capacités créatrices et artistiques, insiste Samantha. C’est ainsi que nous voyons leurs compétences, qui sont également remarquables en termes de programmation. Hopscotch a donc été développée dans l’intention de laisser les enfants s’exprimer d’une façon qui leur parle. » 
Application Hopscotch sur iPad Air.
Au lancement de l’application en 2013, Hopscotch était le premier langage de programmation pour iPad.
Après le lancement de l’iPad deuxième génération, Samantha John était fascinée par les possibilités offertes de rendre la programmation plus accessible aux enfants. « Tout tourne autour de l’iPad et de l’écran tactile. Vous avez en main quelque chose de bien plus personnel et du coup, de bien plus intéressant. »
Depuis son lancement en 2013, Hopscotch a gagné à sa cause 200 000 utilisateurs actifs par mois. Après avoir vu comment les enfants créent et partagent leurs propres jeux et leurs propres outils de création dans l’application, Samantha considère les utilisateurs de Hopscotch comme ses meilleurs créateurs de contenus. Dès le moment où le programme App Store Small Business Program entrera en vigueur en janvier 2021, Samantha s’attachera à proposer de nouvelles fonctionnalités gratuites dans l’application.
« Hopscotch n’est pas simplement un jeu ou une application, explique Samantha. C’est une compétence, un processus de création, un peu comme un enfant qui joue du violon. Plus les enfants grandissent, plus ils ou elles s’améliorent dans la conception des jeux, plus ils ou elles conçoivent des projets ludiques. Hopscotch est véritablement un investissement sur le long terme. Le fait de disposer de revenus supplémentaires nous permettra d’investir dans des domaines que nous jugeons véritablement essentiels pour l’avenir de notre entreprise. »
Partager l’article

Images de développeurs et développeuses indépendants dans le nouveau programme App Store Small Business Program

Contacts presse

Benoît Liva

Apple

bliva@apple.com

01 80 98 75 29

Infos presse Apple

media.fr@apple.com