En vedette 11 novembre 2019

L’app de réalité augmentée qui aide les vétérans à gérer leur anxiété

Steve Mills, commandant de la marine américaine.
Steve Mills, commandant de la marine américaine, utilise l’app Healium AR sur son iPhone dans un parc à Memphis.
Trois ou quatre fois par semaine, lorsqu’il en ressent le besoin, Steve Mills lance l’app Healium AR sur son iPhone pour apaiser son esprit. Son endroit de prédilection : un parc situé aux abords des eaux agitées du fleuve Mississippi à Memphis, au Tennessee.
« Parfois, je marche jusqu’à la rive et je m’assois sur un banc pour observer l’eau, confie M. Mills en faisant un geste vers l’app ouverte sur son téléphone. Utiliser l’app me met dans un très bon état d’esprit. »
M. Mills lance l’une des méditations guidées de l’app Healium AR après avoir synchronisé son Apple Watch, qui transmet sa fréquence cardiaque à l’app. À mesure que sa respiration s’approfondit, sa fréquence cardiaque ralentit. Devant lui, un système solaire s’illumine dans l’app grâce à la réalité augmentée (RA). Combinant l’art narratif, la neuroscience et la conception de jeux, Healium AR permet aux utilisateurs de créer des univers virtuels à partir de leurs émotions et d’atteindre ainsi un sentiment de calme.
L’app Healium AR sur iPhone 11 Pro.
Healium AR utilise la technique du « neurofeedback » pour permettre aux utilisateurs de créer des univers virtuels et de faire baisser leur anxiété.

« Ça s’accumule au fil du temps, mais on apprend à le gérer. J’ai plusieurs moyens pour y arriver. Healium AR en fait partie. »

Dans ces moments, M. Mills dit pouvoir calmer ses pensées et maîtriser ses souvenirs.
« Je n’ai pas peur des souvenirs, affirme ce commandant dans la marine américaine. Mais je dois être en mesure de les contrôler. »
Steve Mills cumule 29 ans de service militaire – 10 ans comme pompier de l’armée de l’air et 19 ans à son poste actuel d’aumônier dans la marine. Il a été déployé dans des régions comme l’Irak et l’Afghanistan, et a passé de longues périodes sur des porte-avions, où il agissait comme conseiller pour une véritable ville flottante composée de milliers de militaires. Il offre du soutien aux familles qui apprennent qu’un des leurs ne rentrera pas à la maison, ainsi qu’à des matelots qui continuent à livrer des batailles longtemps après avoir quitté la zone de guerre.
À son retour d’Irak en 2008, M. Mills a rédigé un doctorat en théologie consacré au stress lié au combat. Il a mené des séances de thérapie auprès d’un groupe de vétérans de la marine pendant trois mois, en se servant de versets bibliques comme outil de guérison. Pendant qu’il étudiait les moyens d’aider les autres à surmonter leurs traumatismes, il a commencé à souffrir de crises de panique.
Sarah Hill dans son bureau en train d’utiliser l’app Healium AR sur iPhone 11 Pro.
Sarah Hill, directrice générale de StoryUP, travaille sur l’app Healium AR dans les bureaux de l’équipe à Columbia, au Missouri.
À peu près à la même époque, dans une autre région du pays, la journaliste de télévision Sarah Hill souffrait également d’anxiété. C’était le début d’une série d’événements qui allait la mener à développer Healium AR.
La journaliste, native du Missouri, couvrait des événements violents et des tragédies à la chaîne depuis près de 20 ans lorsqu’elle a commencé à vivre des crises de panique. « Je suivais les services de police jour et nuit sur un récepteur radio, raconte Mme Hill. Toute cette négativité a fini par me rendre malade. »
Elle a communiqué avec le Dr Jeff Tarrant, psychologue et ami de la famille qui explorait le domaine alors en émergence du « neurofeedback ». Il lui a fait passer un électroencéphalogramme (EEG), un examen qui mesure l’activité électrique du cerveau à l’aide d’électrodes placées sur le crâne. Le Dr Tarrant s’est attardé sur le cortex cingulaire antérieur de Mme Hill, soit la partie du cerveau responsable de la concentration et de l’attention, entre autres choses.
« En gros, l’anxiété est le résultat d’une pensée ou d’une émotion retenue trop longtemps et répétée sans cesse, explique le Dr Tarrant. Le cortex cingulaire antérieur surchauffe, parce que les gens se concentrent intensément sur certaines pensées ou émotions et sont incapables de les laisser aller. Nous avons voulu voir s’il était possible de calmer cette agitation. »
Le Dr Jeff Tarrant dans son bureau avec une membre de l’équipe de Healium AR.
Le Dr Jeff Tarrant prépare une membre de l’équipe de Healium AR à recevoir un EEG.
Le Dr Tarrant a conçu un programme que Mme Hill pouvait utiliser chez elle à l’aide d’un ordinateur portable et d’électrodes. Le programme consistait à faire voler un avion animé au-dessus d’un certain niveau sur l’écran. Pour y parvenir, elle devait calmer l’activité cérébrale de son lobe frontal, qui comprend le cortex cingulaire antérieur.
Et ça a fonctionné. Avec le temps, les crises de panique ont cessé, et Mme Hill a pu recommencer à bien dormir.
L’expérience l’a par la suite incitée à quitter le journalisme pour aller travailler avec un organisme consacré aux anciens combattants. Celui-ci utilisait la réalité virtuelle (RV) et la RA pour permettre aux membres physiquement incapables de voyager de tout de même visiter les monuments aux morts de Washington, D.C. Pendant ces expériences, Mme Hill remarquait un changement physique chez les anciens combattants.
« Ça se voyait dans leur corps, explique Mme Hill. Ils étaient plus calmes, leurs muscles se détendaient, leur respiration semblait se faire plus lente. Comme je ne suis pas une scientifique, j’ai communiqué avec Jeff pour lui demander s’il pouvait étudier l’incidence de ces expériences sur la physiologie des vétérans. »
Ensemble, ils ont commencé à explorer les effets que pouvaient avoir la RV et la RA sur l’humeur et le stress. Ils ont combiné ces nouvelles données avec le programme de neurofeedback que le Dr Tarrant avait développé des années auparavant pour soulager Mme Hill de son anxiété. Et c’est ainsi que Healium AR a vu le jour.
« C’est le même concept de neurofeedback que nous avons intégré à Healium. Nous avons associé les principes du Dr Tarrant sur le fonctionnement du cerveau à nos trames narratives et à la conception de nos jeux, ajoute Mme Hill. Mais nous avons éliminé toutes les barrières à l’entrée et fait en sorte que l’app soit conviviale et accessible. Tout ce qu’il faut, c’est une Apple Watch et votre fréquence cardiaque. »
Plus tôt cette année, Mme Hill a participé à l’Entrepreneur Camp d’Apple, qui appuie les entreprises de développement d’apps fondées et gérées par des femmes. Sur place, l’équipe s’est attelée à redessiner Healium AR pour qu’elle puisse rejoindre encore plus d’utilisateurs plus efficacement. La nouvelle version de l’app a été lancée récemment dans l’App Store.
L’app Healium AR dans l’App Store sur iPhone 11 Pro.
Une nouvelle version de l’app Healium AR a récemment été lancée, avec des fonctionnalités issues de la participation de Sarah Hill, DG de StoryUP, à l’Entrepreneur Camp d’Apple.
Sarah Hill et Jeff Tarrant soulignent d’emblée que l’app Healium AR ne remplace pas un traitement médical ni la médication. Au cours des dernières années, le Dr Tarrant a publié trois études (et travaille actuellement sur une quatrième) qui visent à démontrer que l’app peut réduire l’anxiété et augmenter la sensation de bien-être des utilisateurs en aussi peu que quatre minutes.
Ce n’est pas une surprise pour Steve Mills, qui utilise désormais Healium AR comme un outil parmi d’autres pour rester en santé, mentalement et physiquement.
« On m’a demandé un jour : mais comment faites-vous pour vivre avec toutes ces morts? raconte M. Mills. Ça s’accumule au fil du temps, mais on apprend à le gérer. J’ai plusieurs moyens pour y arriver. Healium AR en fait partie. »
Pour Sarah Hill et son équipe, ce témoignage n’a pas de prix.
« Ça me touche de savoir que l’app a un tel effet, affirme Mme Hill. Quel cadeau que celui d’offrir un outil à des gens qui ont tout sacrifié pour assurer notre sécurité! C’est un honneur de pouvoir aider nos vétérans. »
Steve Mills dans un parc à Memphis, au Tennessee.
Healium AR compte parmi les outils utilisés par Steve Mills pour se calmer et soulager son anxiété.

Médias

Images de Steve Mills et de Sarah Hill

Personnes-ressources

Tara Hendela

Apple

thendela@apple.com

(647) 943-4680

Elliott Chun

Apple

elliott_chun@apple.com

(647) 943-4615

Ligne Infos Médias d’Apple 

media.help@apple.com

(408) 974-2042