Ressources Pourrons‑nous un jour fabriquer des produits sans puiser dans les ressources limitées de la Terre ?

Notre objectif : une chaîne logistique en circuit fermé.

Les chaînes logistiques traditionnelles sont linéaires. Les matériaux sont extraits, puis transformés en produits, avant de finir la plupart du temps dans une décharge. Il faut alors relancer le processus et extraire davantage de matériaux de la terre pour fabriquer de nouveaux produits. Ce schéma ne nous convient pas. C’est pourquoi nous aimerions faire de notre chaîne logistique un circuit fermé, où nos produits seraient fabriqués uniquement à partir de ressources renouvelables ou de matériaux recyclés. Nous avons déjà mis des programmes en œuvre pour nous assurer que les matériaux épuisables que nous utilisons proviennent de sources gérées de façon responsable et se conforment à des critères exigeants en matière de respect de l’environnement. Nous ne perdons pas pour autant de vue l’objectif de cesser complètement d’avoir recours à l’extraction minière. Pour commencer, nous encourageons les clients à utiliser le programme Apple Renew pour recycler leurs anciens appareils. Avec nos techniques de recyclage innovantes, telles que notre ligne de robots de désassemblage, nous sommes en mesure de réutiliser les matériaux recyclés dans de nouveaux produits. Certes, l’objectif est ambitieux. Et il nécessitera des années de collaboration entre les équipes Apple, les fournisseurs et les entreprises de recyclage spécialisées. Mais le processus est sur les rails.

En parallèle, nous nous engageons à ce que tous les déchets générés par notre chaîne logistique soient réutilisés, recyclés, compostés ou, le cas échéant, transformés en énergie. 17 de nos 18 usines d’assemblage ont déjà reçu la validation Zero Waste to Landfill décernée par la société indépendante UL. Ces usines ont permis d’éviter la mise en décharge de plus de 240 000 tonnes de déchets depuis janvier 2015. Et nous venons d’étendre cette initiative à 25 fournisseurs supplémentaires.

Une chaîne logistique en circuit fermé

Matériaux de base (supprimés dans une chaîne logistique en circuit fermé)

au Traitement

à la Fabrication

à l’Utilisation

aux Déchets électroniques (supprimés dans une chaîne logistique en circuit fermé)

Dans une chaîne logistique en circuit fermé, les Matériaux de base et les Déchets électroniques sont remplacés par une boucle fermée qui renvoie les produits au Traitement après Utilisation via une phase de Réutilisation et Recyclage

Nous inventons de meilleures façons de recycler et réutiliser. Telles que Liam, notre robot désassembleur.

Les techniques de recyclage existantes, telles que le déchiquetage, ne permettent de récupérer que certains types de matériaux et en affectent souvent la qualité. C’est pour cette raison que nous avons inventé Liam, une ligne de robots capables de démonter rapidement l’iPhone 6 en triant ses composants de qualité supérieure, réduisant ainsi la nécessité de prélever des ressources supplémentaires. Avec deux chaînes Liam opérationnelles, nous pouvons démonter jusqu’à 2,4 millions de téléphones par an. C’est une grande première dans le domaine du recyclage, et nous avons encore beaucoup à apprendre, mais nous espérons que ce genre d’initiative sera une source d’inspiration dans notre secteur d’activité.

Nous avons déjà commencé à utiliser certains composants recyclés pour la fabrication de nouveaux appareils. Par exemple, nous avons fait fondre des boîtiers en aluminium d’iPhone 6 démontés par Liam et avons réutilisé le matériau obtenu pour créer des Mac mini dont nous nous servons dans nos usines d’assemblage d’iPhone.

Pour aller encore plus loin, nous avons procédé à l’évaluation de 44 éléments dans le but d’identifier, à l’échelle mondiale, les principaux facteurs de risque. Qu’il s’agisse de risques environnementaux ou de violations des droits de l’homme. Tout cela pour mieux comprendre où concentrer nos efforts afin d’obtenir un circuit fermé. Grâce à cette démarche, nous avons résolu le problème posé par l’étain. Nous utilisons désormais de l’étain recyclé à 100 % pour la soudure de la carte mère logique principale de l’iPhone 6s, et nous envoyons les cartes mères d’iPhone 6 démontées par Liam à une entreprise de recyclage capable de recycler l’étain en plus du cuivre et d’autres métaux précieuxnote de bas de page 1. La prochaine étape consiste à trouver des moyens de récupérer le cobalt de nos batteries au lithium‑ion et d’utiliser ce cobalt une fois recyclé.

Matériaux que Liam peut récupérer sur 100 000 iPhone 6 :

  • Aluminium 1 900 kg
  • Or 1,3 kg
  • Argent 7 kg
  • Éléments terrestres rares 24 kg
  • Tungstène 3,5 kg
  • Cuivre 800 kg
  • Métaux du groupe du platine 0,4 kg
  • Étain 55 kg
  • Cobalt 550 kg
  • Tantale 2,5 kg

Chez nous, chaque ressource renouvelable est utilisée de façon responsable.

Les ressources les plus précieuses de la planète, comme l’eau et le papier, sont renouvelables si elles sont gérées de manière responsable. C’est pour cela que nous mettons tout en œuvre pour les préserver. Nous mesurons notre empreinte eau et cherchons des moyens de réduire notre consommation ou de réutiliser l’eau dès que c’est possible. Nous utilisons le papier et le plastique de manière réfléchie dans nos emballages, et sommes déterminés à atteindre l’objectif de zéro déchet sur nos campus et dans nos magasins. Enfin, nous nous engageons à protéger et à créer plus de forêts durables que nous n’en exploitons.

Nous nous considérons responsables de chaque goutte d’eau que nous utilisons.

L’eau est indispensable à la vie. Nous en avons besoin pour boire, pour cultiver nos aliments et pour préserver les écosystèmes naturels de la planète. Et bien qu’elle soit une ressource renouvelable, sa rareté la rend précieuse dans de nombreuses régions du globe. Chez Apple, nous estimons être responsables de la moindre goutte d’eau que nous consommons, que ce soit dans notre siège social en Californie ou dans les usines de nos fournisseurs aux quatre coins du monde. C’est pourquoi nous recherchons sans cesse des moyens d’économiser l’eau et d’évacuer nos eaux usées en toute sécurité.

Au sein de nos installations, nous contrôlons la consommation d’eau liée à nos procédés de refroidissement, d’aménagement paysager et d’assainissement afin de développer des moyens ciblés de la réduire. Par exemple, nous avons installé des capteurs et des appareils de contrôle sophistiqués sur nos aménagements paysagers de Santa Clara, en Californie. Nous comptons ainsi réduire la quantité d’eau d’irrigation utilisée de 30 % par rapport à 2015, soit une économie d’environ 58 000 mètres cubes par an. Dans nos centres de données, nous avons mis en place des compteurs divisionnaires pour identifier les domaines d’utilisation, détecter les fuites et développer des moyens plus efficaces de lutter contre le gaspillage. Et nous privilégions de plus en plus l’eau de pluie et l’eau recyclée pour les usages pour lesquels l’eau potable n’est pas indispensable. C’est le cas à l’Apple Park, dans nos installations de Santa Clara, en Californie, et d’Austin, au Texas, et dans nos centres de données en Irlande, au Danemark et en Caroline du Nord.

Nous avons également créé le Clean Water Program pour réduire notre consommation d’eau et éviter sa pollution tout au long de notre chaîne logistique. L’analyse de la consommation d’eau de nos usines partenaires et l’évaluation du cycle de vie de nos produits pour mesurer leur impact sur l’eau nous ont permis d’identifier les composants nécessitant les plus grandes quantités d’eau et d’aider nos fournisseurs à adopter des stratégies de conservation plus pertinentes. Nous nous intéressons aussi de près aux données mondiales sur la rareté de l’eau afin de concentrer nos efforts là où ils sont les plus nécessaires. Grâce à la formation de nos employés, à nos études de base, à nos évaluations des performances et à notre assistance technique, nous avons déjà permis à nos fournisseurs d’économiser plus de 11,3 millions de mètres cubes d’eau sur la seule année 2016, portant la réutilisation moyenne de l’eau à 36 % sur un ensemble de 86 sites. Et comme nombre de nos fournisseurs fabriquent aussi des composants pour d’autres sociétés, nous réduisons finalement l’empreinte eau de produits autres que ceux d’Apple.

Nous protégeons les forêts. Mais aussi les générations de forêts à venir.

Les forêts nous procurent la fibre de bois avec laquelle nous fabriquons le papier de nos emballages. Par ailleurs, elles régénèrent notre air, purifient notre eau et abritent la faune et la flore. Nous déployons des efforts considérables pour réduire au maximum l’impact de notre production sur les forêts en nous procurant du papier de façon responsable et en l’utilisant avec autant d’efficience que possible. Mais cela ne suffit pas. Les forêts de la planète continuent d’être soumises à une destruction massive due à l’abattage illégal, à une gestion déficiente et à des politiques agressives de développement foncier. C’est pourquoi nous sommes déterminés à protéger les forêts et à créer dans le monde un nombre de forêts gérées de façon durable assez grand pour couvrir tous nos besoins en matière d’emballage et produire des fibres pendant plusieurs générations.

Un papier vierge obtenu de façon responsable.

Lorsque nous utilisons du papier vierge dans nos emballages, celui‑ci doit être obtenu à partir de forêts gérées de façon durable et de sources de bois contrôlées. Nous réalisons régulièrement des audits pour vérifier que nos fournisseurs respectent notre cahier des charges. Au cours de l’exercice 2016, plus de 99 % du papier utilisé dans nos emballages et dans nos bureaux provenait de forêts à gestion durable, de sources contrôlées ou de fibres recyclées.

La protection des forêts à gestion durable.

Nous continuons à protéger et à créer des forêts exploitables durables, car lorsque celles‑ci sont gérées de façon adaptée, elles peuvent produire des ressources abondantes pendant très longtemps. En plus de n’utiliser que de la fibre vierge issue à 100 % de forêts gérées durablement, nous veillons à ne pas contribuer à la diminution des ressources mondiales de fibre responsable. Dans cette optique, nous nous sommes fixé l’objectif de protéger ou créer suffisamment de forêts gérées durablement pour couvrir tous nos besoins en matière d’emballagenote de bas de page 2. En 2016, nous avons atteint notre but : la production annuelle issue de nos projets de conservation des forêts est désormais supérieure à la quantité de fibre vierge utilisée dans les emballages des produits Apple. En partenariat avec The Conservation Fund, nous avons protégé 14 600 hectares de forêt durable dans l’est des États‑Unis. Et notre toute dernière initiative menée en Chine avec le WWF (World Wildlife Fund) représente notre projet le plus ambitieux à ce jour : nous avons fait certifier près de 130 000 hectares de forêt par le Forest Stewardship Council. À mesure que notre demande de papier évoluera ou augmentera, nous continuerons à protéger et à créer suffisamment de forêts gérées durablement pour couvrir nos besoins en matière d’emballage.

Toujours moins de plastique dans nos emballages. Et toujours plus de papier provenant de sources d’approvisionnement durables.

Nous recherchons constamment des solutions pour réduire la taille de nos emballages. Nous inventons des technologies qui font un usage plus efficace du papier. Et nous utilisons du papier recyclé dès que nous le pouvons. Au cours de l’exercice 2016, plus de 60 % du papier utilisé dans nos emballages était constitué de fibre de bois recyclée. Quand nous concevons nos emballages, nous faisons en sorte qu’ils nécessitent le moins de plastique possible. Le plateau sur lequel repose l’iPhone 7 dans son emballage, par exemple, est fait de fibre de bambou récolté de façon durable et de bagasse, un résidu de canne à sucre.

Un appareil qui dure plus longtemps est un appareil plus vert.

Des produits qui peuvent être utilisés plus longtemps, cela signifie moins de ressources à extraire de la terre pour en fabriquer de nouveaux. Nous évaluons donc tous nos produits dans notre laboratoire de tests de fiabilité, en nous appuyant sur des méthodes rigoureuses qui simulent l’usage quotidien des appareils par nos clients. Nous analysons la résistance des appareils à des températures extrêmes (positives et négatives), à l’eau et à des produits chimiques courants, puis nous leur faisons subir des tests de rayures avec de la laine d’acier et du denim. En plus de suivre les procédures de base de notre industrie, nous concevons nos propres tests et nos propres machines de tests, en nous basant sur nos études du comportement des utilisateurs et sur notre analyse des produits retournés.

En cas de panne, nous proposons des programmes comme AppleCare et des services de réparation certifiés Apple pour permettre à nos clients d’utiliser plus longtemps leurs appareils. Les mises à jour logicielles gratuites que nous publions régulièrement permettent également d’actualiser nos produits et de prolonger leur durée de vie. Ces mises à jour sont d’ailleurs conçues pour être compatibles avec les anciennes générations de produits. macOS Sierra, par exemple, est compatible avec les modèles de Mac datant de fin 2009. Et quand un client décide de changer d’appareil, son ancien appareil peut trouver preneur parmi ses proches ou être reconditionné dans le cadre de programmes comme Apple Renew.